Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
fr    

Le faible pouvoir des citoyens pour réduire la pauvreté des pays en développement

Publié le 7 janvier 2019 dans Sondages

Entre 8% et 11% des français, allemands, britanniques ou américains estiment pouvoir « faire la différence » dans la réduction de la pauvreté dans les pays en développement par le biais de leurs actions personnelles. Les citoyens ne sont donc pas nombreux à penser pouvoir avoir une quelconque action personnelle efficace à l’égard de la pauvreté dans le monde.

Ce peu de confiance dans leur capacité à influer sur une problématique lointaine (pays en développement) et complexe (l’extrême pauvreté et ses nombreuses causes) n’est pas susceptible d’encourager les engagements personnels des populations des pays du nord vers les populations des pays du sud.

Entre 51% (allemands et français) et 62% des britanniques semblent persuadés de ne pas pouvoir « faire la différence » dans la réduction de la pauvreté dans les pays en voie de développement.

Entre 20% et 29% des français, allemands, britanniques et américains, doutent de leur capacité à pouvoir changer la situation des pays en voie de développement.

De façon générale, ces chiffres traduisent une vision fataliste du peu de bénéfices à attendre de la solidarité internationale lorsqu’elle incombe aux citoyens.

Ces données sont issues de notre sondage réalisé par l’Institut YouGov et piloté par l’équipe de recherche du University College London et de l’Université de Birmingham dans le cadre du projet Aid Attitudes Tracker qui mesure l’évolution des opinions et comportements sur les enjeux de solidarité internationale dans quatre pays.


Lire aussi

Retrouvez la méthodologie du projet Aid Attitudes Tracker