Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

Note d’analyse n°9 : L’aide publique au développement de la France, stratégie et chiffres clés

Publié le 29 avril 2021 dans Décryptages

Cette note propose une lecture de la politique d’aide publique au développement de la France à l’aune de sa stratégie, et des chiffres clés. Après une période où la contribution de la France à cette politique publique essentielle pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) dans les régions du monde les plus marginalisées a été réduite en quantité et en qualité ces dernières années. Qu’en est-il à présent ?

Télécharger la note d’analyse n°8 ici

En quantité d’abord  : selon les chiffres provisoires du CAD, en 2020, l’APD de la France s’est élevée à 14,1 milliards de dollars US (12,4 milliards d’euros), représentant 9 % de l’APD mondiale.

La France se maintient au rang de 5ème bailleur en volume après les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon, et se range au 8ème rang en pourcentage du RNB alloué à l’APD, à 0,53 %, au-dessus de la moyenne du CAD (0,32 %) mais en-deçà de l’engagement international de 0,7 %.

En qualité enfin : après un recul constant des montants de l’aide de la France entre 2010 et 2015, l’augmentation de l’APD en 2016 et 2017 fut principalement le fait de la multiplication des prêts accordés par l’Agence française de développement. Depuis le CICID de 2018, la liste des pays prioritaires comprend 19 pays. Ceux-ci rassemblent les principaux défis en termes de financements nécessaires à l’atteinte des ODD, alors que leur capacité à financer les investissements dans les infrastructures de base est limitée. Ces pays prioritaires bénéficient de la moitié de l’effort en subvention de l’État et des deux tiers des subventions mises en œuvre par l’AFD.

En 2018, le gouvernement français s’est engagé à allouer 0,55 % de son RNB à l’aide publique au développement en 2022, « une première étape vers l’objectif de 0,7% » devant mobiliser près de 6 milliards d’euros supplémentaires sur le quinquennat, un effort budgétaire inédit.

Une nouvelle loi d’orientation et de programmation pour le développement et la solidarité internationale actuellement en débat au Parlement, sera voté à l’été 2021. Le projet de loi prévoit qu’avant la fin de 2022, la programmation financière soit complétée pour 2023, 2024 et 2025 en vue de «  s’efforcer d’atteindre 0,7 %  » du RNB en 2025. Son adoption devrait constituer une phase clé pour entériner cette trajectoire et moderniser le dispositif d’aide publique au développement de la France.


Documents à télécharger

Note d’analyse n°9 : L’aide publique au développement de la France, stratégie et chiffres clés

A lire également