Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

Rapport Goalkeepers 2021 "Innovation et inégalité"

Publié le 25 septembre 2021 dans Faits et chiffres

L’édition 2021 du rapport Goalkeepers, co-écrit par Bill Gates et Melinda French Gates, co-présidents de la Fondation Bill & Melinda Gates, qui a pour thème « Innovation et inégalité », est paru ce 14 septembre. Cette année, le rapport dresse un bilan partiel de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les Objectifs de développement durable et aborde quelques-unes des grandes initiatives pouvant contribuer à traverser la crise mondiale en cours et à venir : investir dans les infrastructures et systèmes de santé, les communautés, les femmes et les filles, etc.

L’an dernier, nous avons craint le pire pour les Objectifs de développement durable. Mais même face aux ravages que la pandémie de COVID-19 a causés, nous avons constaté que l’espoir peut toujours naître de graines plantées des années auparavant (...) La COVID-19 n’a fait que confirmer le fait que la réalisation de ces objectifs est possible, mais n’est en aucun cas garantie. Nos actions comptent et au cours de l’année écoulée, nous avons constaté ce qui est possible lorsque des personnes du monde entier innovent, s’adaptent et construisent des systèmes résilients sur le long terme.

De nouvelles données montrent que le monde s’est mobilisé pour empêcher les pires scénarios de se produire et soulignent que des investissements à long terme sont requis afin d’assurer une reprise équitable et des progrès continus vers les Objectifs de développement durable.

Le rapport souligne que la pandémie de COVID-19 a fait basculer 31 millions de personnes en plus dans une situation d’extrême pauvreté en 2020 par rapport à 2019, et 700 millions de personnes, principalement issues des pays à revenu faible et intermédiaire, devraient demeurer dans une situation d’extrême pauvreté d’ici 2030. Par ailleurs, alors que 90 % des économies avancées retrouveront leur niveau de revenu par habitant pré-pandémique d’ici l’année prochaine, seulement un tiers des économies à faible et moyen revenu devraient connaître un tel rétablissement.

Le monde s’est mobilisé pour éviter certains des scénarios les plus catastrophiques. Dans le Goalkeepers Report de l’an dernier, l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) avait prédit une baisse de 14 points de pourcentage de la couverture vaccinale mondiale, ce qui aurait éliminé 25 ans de progrès en 25 semaines. Une nouvelle analyse de l’IHME démontre que la réduction de la couverture vaccinale, bien qu’elle reste inacceptable, n’a atteint que la moitié du déclin prévu.

Entre le début de la pandémie et le rétablissement des services de santé au second semestre 2020, plus de 30 millions d’enfants dans le monde n’ont pas été vaccinés, soit 10 millions de plus en raison de la pandémie.


Dans le rapport, les co-présidents rendent hommage à une « innovation spectaculaire » qui n’aurait pas été possible sans les efforts de collaboration et d’engagement et les investissements mondiaux réalisés au fil des décennies. Bien qu’il soit louable d’éviter les pires scénarios, les auteurs du rapport ont fait remarquer que cela n’est pas suffisant. Les coprésidents appellent à des investissements à long terme dans la santé et les économies, comme ceux qui ont mené au développement rapide du vaccin contre le COVID-19, afin de s’assurer que les pays se rétablissent de la pandémie de manière véritablement équitable, et pour remettre le monde sur la bonne voie pour atteindre les Objectifs de développement durable.

L’année écoulée a renforcé notre conviction que les progrès sont possibles (..) en nous appuyant sur ce que nous avons vu de mieux au cours des 18 derniers mois, nous pourrons enfin mettre la pandémie derrière nous et accélérer encore une fois les progrès dans la résolution de problèmes fondamentaux comme la santé, la faim et le changement climatique.

Le rapport souligne l’impact économique disproportionné que la pandémie a eu sur les femmes à l’échelle mondiale. Dans les pays à revenu élevé tout comme dans les pays à faible revenu, les femmes ont ressenti plus durement l’impact de la récession mondiale déclenchée par la pandémie. Cette année, à l’échelle mondiale, le nombre d’emplois occupés par des femmes est toujours inférieur de 13 millions par rapport à son niveau de 2019, alors que dans le même temps, le taux d’emploi des hommes devrait retrouver son niveau d’avant-pandémie.

Aux quatre coins du monde, les femmes font face à des obstacles structurels qui les rendent plus vulnérables aux répercussions de la pandémie, a déclaré Melinda French Gates. En commençant dès maintenant à investir dans les femmes et à corriger ces inégalités, les gouvernements peuvent stimuler une reprise plus équitable tout en rendant leurs économies plus résilientes face aux crises futures. Il s’agit non seulement de la bonne chose à faire, mais aussi d’une politique intelligente qui profitera à tous.

En outre, le rapport montre comment le « miracle » des vaccins contre le COVID-19 est le fruit de décennies d’investissements, de politiques et de partenariats qui ont développé l’infrastructure, le bassin de talents et les écosystèmes requis pour déployer les vaccins rapidement. Toutefois, les systèmes qui ont permis la mise au point et le déploiement sans précédent de vaccins contre le COVID-19 existant principalement dans les pays riches, le monde n’en a pas profité de façon égale.

« L’accès inéquitable aux vaccins contre la COVID-19 est une tragédie de santé publique, a déclaré Bill Gates. Il existe un risque réel de voir les pays et les collectivités riches traiter la COVID-19 comme une autre maladie de la pauvreté à l’avenir. Nous ne pourrons pas mettre la pandémie derrière nous tant que les gens n’ont pas tous accès aux vaccins, où qu’ils vivent. »

À ce jour, plus de 80 % de tous les vaccins contre la COVID-19 ont été administrés dans des pays à revenu élevé ou intermédiaire supérieur. Par ailleurs, certains de ces pays ont reçu deux ou trois fois le nombre de vaccins dont ils ont besoin afin de garder une réserve de doses de rappel. Moins de 1 % des vaccins ont été administrés dans des pays à faible revenu. De plus, l’accès aux vaccins contre la COVID-19 est fortement corrélé avec les pays qui disposent de capacités de R&D et de fabrication de vaccins. L’Afrique, par exemple, abrite 17 % de la population mondiale, mais possède moins de 1 % des capacités mondiales de fabrication de vaccins.

Le rapport appelle enfin le monde entier à investir dans la R&D, les infrastructures et l’innovation dans des endroits à plus grande proximité des populations qui pourraient en bénéficier.

Nous devons investir dans des partenaires locaux afin de renforcer la capacité des chercheurs et des fabricants des pays à faible revenu à créer les vaccins et les médicaments dont les habitants ont besoin, a déclaré Mark Suzman, PDG de la Fondation Gates. La seule façon de surmonter les plus grands défis liés à la santé est de miser sur l’innovation et le talent des gens du monde entier.

Explorer toutes les données du rapport :

Sur le site de la Fondation Bill et Melinda Gates, vous pouvez explorer les données du rapport Goalkeepers grâce à des infographies interactives.


Lire aussi

Retrouver le rapport Goalkeepers 2021 en ligne Explorer les données du rapport Goalkeepers 2021

Documents à télécharger

Télécharger le rapport Goalkeepers 2021 "Innovation et inégalité"