Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

Qui connaît les Objectifs de développement durable ? Comparaison entre 4 pays industrialisés

Publié le 26 juin 2020 dans Sondages

Sans grande surprise, l’existence des Objectifs de développement durable (ODD) adoptés en 2015 par les Nations Unies et 193 États membres à New York souffre d’un déficit de diffusion et d’appropriation par les citoyen·ne·s.

Quand on regarde les réponses obtenues en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, seule une minorité des répondants affirme en avoir déjà entendu parler « tout en sachant ce que c’est ».

Le pourcentage de ceux qui reconnaissent ne pas du tout savoir ce que sont les Objectifs de développement durable des Nations Unies, oscille entre 43% chez les Français, 59% en moyenne chez les Américains et les Allemands pour s’élever à 72% chez les Britanniques.

Par ailleurs, les Français (11%) et les Américains (10%) sont approximativement deux fois plus nombreux à savoir ce que sont les ODD que les Allemands (7%) ou les Britanniques (5%). C’est donc au Royaume-Uni que la connaissance des ODD semble la moins affirmée.

Parmi les répondants qui prétendent « connaitre ce que sont les ODD sans vraiment savoir ce que c’est », les Français sont deux fois plus nombreux que leurs homologues Britanniques, Allemands ou Américains. En regardant de plus près, il y a de grandes fluctuations parmi les réponses choisies, c’est à dire entre le choix de la réponse intermédiaire « je connais mais je ne sais pas », ceux qui répondent « non » avec certitude et ceux qui simplement « ne savent pas » répondre à cette question. Le contraste est particulièrement flagrant entre les réponses britanniques et les réponses françaises.

Derrière ces disparités, il faut sans doute imaginer d’une part l’influence des politiques publiques nationales en matière d’environnement, d’autre part le degré de sensibilisation relatif au développement durable propre à chaque pays, mais aussi une dimension sémantique attachée à l’expression « développement durable » probablement différente selon les langues. Par exemple, l’expression « développement durable » est particulièrement polysémique en français. La vulgarisation de ce concept initié à l’occasion de la Conférence de Rio en 1992 s’est illustrée en France par l’adoption de politiques publiques reprenant le concept de « développement durable », de rubriques dédiées dans les journaux sur ce sujet, de l’appropriation du thème dans la communication des entreprises, voire de l’intégration de cette dénomination dans l’intitulé de ministères.

Aussi, ce que la majorité des français entendent par Objectifs de développement durable fait sans doute, pour une part, référence au « développement durable » dans sa dimension écologique et environnementale. Nous avions ainsi remarqué dans des vagues d’enquêtes précédentes que lorsque l’on interrogeait les mêmes populations sans faire référence aux Nations Unies dans l’énoncé de la question, le taux de connaissance des ODD s’avérait subitement beaucoup plus élevé en France. Ce qui tendait à démontrer que les répondants avaient tendance à prétendre connaitre le « développement durable » sans pour autant répondre à la question relative à la connaissance des ODD.

En regardant plus en détail, pays par pays, le niveau d’éducation constitue la principale variable discriminante pour comprendre le niveau de connaissances de l’Agenda 2030, dans chacun des quatre pays étudiés.

Plus les répondants sont jeunes et plus ils sont susceptibles de connaître (ou de prétendre connaitre) les ODD (parallèlement, moins ils sont capables de répondre à cette question). Cette différence peut-être imputée à la polysémie de l’expression "développement durable", qui fait largement référence, dans un langage commun, aux questions environnementales, une cause qui est particulièrement soutenue par les plus jeunes générations.

Comme dans la plupart des enquêtes, les hommes sont plus nombreux que les femmes à déclarer savoir, ce qui ne suffit pas, en l’occurrence, pour en déduire que les hommes sont plus sensibilisés que les femmes au concept des ODD en général, ou aux 17 objectifs en particulier.

Ces données sont issues de notre sondage réalisé par l’Institut YouGov et piloté par l’équipe de recherche du University College London et de l’Université de Birmingham dans le cadre du projet Development Engagement Lab visant à mesurer l’évolution des opinions, ressentis, connaissances & comportements sur les enjeux de solidarité internationale et sur les Objectifs de développement durable, dans quatre pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis).