Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
fr    

La perception imprécise des Français·es à propos des Objectifs de développement durable

Publié le 7 septembre 2021 dans Sondages

Si en juin 2021 11 % des Français·es prétendent "savoir ce que sont" les Objectifs de développement durable (ODD) dans le détail, leurs perceptions demeurent plutôt gouvernées par "je ne sais pas" ou bien par des réponses dont on peut supposer qu’elles sont, en partie au moins, aléatoires.

Cette méconnaissance s’avère très stable entre août 2018 et juin 2021, sauf à propos de l’échéance (2030) des ODD une question sur laquelle on observe une augmentation conséquente des bonnes réponses (+ 20 points de pourcentage).

A quels pays les Objectifs de développement durable s’adressent-ils ?

En moyenne, 27 % des Français·es, savent (ou comprennent) que les ODD concernent tous les pays du globe. Les hommes (31 %) sont plutôt plus nombreux que les femmes (24 %) à proposer une réponse correcte, des résultats qui doivent être pondérés par le fait que traditionnellement, les hommes sont toujours moins nombreux que les femmes à répondre "je ne sais pas". En l’occurrence, on observe un écart de 13 points de pourcentage entre les non-réponses des hommes (37%) par rapport à celles des femmes (50 %).

De façon assez nette, le champ d’application des ODD est mieux connu chez les Français·es à partir de 35 ans qui s’avèrent les plus nombreux à avoir sélectionné la bonne réponse "tous les pays du monde". On observe ainsi un écart de 14 points de pourcentage entre les répondant·e·s de 18 à 24 ans et ceux qui ont plus de 45 ans.

L’orientation politique n’est pas déterminante quant à la connaissance du champ d’application géographique des ODD, sauf à regarder le taux de non-réponse, beaucoup plus faible chez les sympathisant·e·s du centre, et dans une moindre proportion, chez les sympathisant·e·s de droite.

Sans grande surprise, le niveau d’éducation contribue à une connaissance plus affinée des ODD. 40 % des répondant·e·s au moins titulaires d’un Bac+5 savent que les ODD s’appliquent à tous les pays du monde, soit +21 points de pourcentage par rapport à ceux qui déclarent ne pas avoir le Bac. Selon les mêmes proportions, cette différence est également observable dans les taux de "je ne sais pas" (écart de 22 points).

Combien d’Objectifs de développement durable y a-t-il ?

Cette question qui aurait pu paraitre la plus simple, donne des résultats flagrants pour illustrer la méconnaissance des ODD par les Français·es. 79 % d’entre eux ne savent pas combien d’Objectifs de développement durable ont été définis (par les Nations unies) : c’est le taux de non-réponse le plus haut. Seuls 8% d’entre eux semblent savoir qu’il y a 17 ODD, un pourcentage identique à celui obtenu en août 2018. Un chiffre dont une partie repose sans doute un peu sur le hasard, toutefois en cohérence avec les 11 % des français·e·s qui déclarent "savoir ce que sont les ODD" (données de juin 2021).

En regardant d’un peu plus près, il s’avère que les jeunes de 18 à 34 ans sont presque deux fois plus nombreux que leurs aînés à connaître le nombre d’ODD.

Pour des raisons qui sont peut-être corrélées à d’autres facteurs (niveau d’éducation, âge, etc.), les sympathisants du centre sont également deux fois plus nombreux à être en mesure de donner une réponse à cette question en comparaison avec les sympathisants de gauche ou de droite. Cette observation est confirmée par les taux de "je ne sais pas".

Le niveau d’éducation joue en faveur d’une capacité plus grande à répondre, même si la connaissance précise du nombre d’ODD demeure dans tous les cas très faible malgré un Bac+5.

Quand bien même des Français·es connaissent l’existence des ODD, leur nombre ne semble pas être si facilement approprié par les savoirs collectifs. Toujours associer "17" à l’énoncé des "ODD" pourrait facilement faire la différence en la matière.

Quelle est l’échéance fixée pour atteindre les Objectifs de développement durable ?

C’est la question de détail qui, désormais, regroupe le plus de bonnes réponses. En août 2018, seuls 12 % des Français·es ont été capables de sélectionner "2030". Trois ans plus tard, en août 2021 le taux de bonne réponse s’élève à 32 %, soit une forte progression (+20 points de pourcentage) laissant supposer, tout en considérant qu’une partie des réponses peuvent être dûes au hasard, que l’échéance des ODD est beaucoup mieux connue. D’ailleurs, le taux de non-réponse obtenu en 2018 (63 %) est également fortement réduit en 2021 (41 %).

Pour expliquer (et pondérer) cette évolution des "bonnes réponses", il faut aussi garder en mémoire que la différence entre la répartition des réponses obtenues en août 2018 en comparaison avec celles collectées en août 2021 est sans doute également influencée par le fait qu’en 2018, la réponse 2020 recueillait davantage de suffrages, cela concernait alors une échéance à deux ans par rapport à l’année où la question était posée. Tandis qu’en 2021, sélectionner la réponse "2020" consistait, de fait, à choisir une année déjà échue.

Par ailleurs, le taux de bonne réponse (l’année 2030) sur cette question relative à l’échéance des ODD est réparti selon des proportions similaires au gré des discriminants socio-démographiques par rapport aux questions précédemment posées.


Lire aussi

Retrouvez la méthodologie du projet Development Engagement Lab (DEL)