Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

Covid-19 et solidarité internationale : où suivre les enjeux en temps réel ?

Publié le 1er septembre 2021 dans Faits et chiffres

« Dans ce monde interconnecté, personne n’est à l’abri tant que le monde entier ne l’est pas. »

Cette phrase de António Guterres, le Secrétaire général des Nations unies, résume l’importance d’une réponse à la pandémie de Covid-19 solidaire et coordonnée à l’échelle de la planète.

Pourtant, plus d’un an après le début de la pandémie, la situation et les réponses apportées diffèrent grandement en fonction des pays. Retrouvez ci-dessous un recensement des sources de données sur le déploiement des outils de lutte contre la Covid-19 au niveau mondial.



Les données présentées dans cet article ont été mises à jour le 1er septembre 2021. Pour des informations plus récentes, veuillez consulter directement la source originale.


Suivre l’évolution de la pandémie de Covid-19

Le Tableau de bord sur la Covid-19 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recense le nombre de nouveaux cas de Covid-19, le total des cas confirmés, ainsi que le nombre de victimes. La Banque mondiale permet d’analyser la relation entre ces statistiques et des critères socio-économiques tels que l’âge, la couverture sociale, ou encore l’accès à des dispositifs pour se laver les mains.

Le Fonds des Nations unies pour la population reprend ces données pour les détailler au niveau infranational, aux côtés d’autres indicateurs sur la préparation des systèmes de santé tels que le nombre de médecins pour 10 000 habitants, dans le Covid-19 Population Vulnerability Dashboard.

Le Humanitarian Data Exchange assure le suivi de ces statistiques dans les contextes d’urgences humanitaires.

La base de données Our World in Data du Global Change Data Lab, mise à jour quotidiennement à partir de sources gouvernementales, permet de suivre, par pays et par continents : les tests administrés, le nombre de cas positifs, d’hospitalisations et de décès confirmés, ainsi que les mesures politiques prises aux niveaux nationaux pour endiguer la pandémie.




Considérant que le nombre officiel de décès entraînés par la pandémie est probablement sous-estimé, The Economist a estimé le nombre réel de décès, qui pourrait être 3,3 fois plus élevé que le décompte officiel de 4,7 millions de victime.

Le SARS-COV-2 Test Tracker, de l’organisation FIND, rapporte le nombre de tests quotidiens effectués dans chaque pays.

Le Covid-19 Oxygen Needs Tracker, de l’organisation PATH, effectue le décompte des besoins totaux en oxygène médical induits par la pandémie de Covid-19 dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Le Covid-19 Government Response Tracker, de l’Université d’Oxford, présente le suivi de 20 types de mesures communes (fermetures d’écoles, restrictions de voyages, confinements…) dans 180 pays. Le Health System Response Monitor permet de directement comparer les mesures entre les pays, tandis que la Commission des Nations unies pour l’Asie et le Pacifique effectue ce suivi dans les pays de cette région.

Le Covid-19 Household Monitoring Dashboard, de la Banque mondiale, rassemble 100 indicateurs mesurant l’impact de la pandémie sur les ménages et les individus de 64 pays en termes d’éducation, de revenus ou encore d’accès aux soins.


Suivre la campagne de vaccination à travers le monde

La base de données Our World in Data présente, en temps réel, la proportion de la population vaccinée, par pays, régions et niveaux de revenus.

Le tableau de bord Africa Covid-19 Vaccination Daily Update de l’OMS détaille ces informations, et au-delà, pour le continent africain. Ainsi, il manquerait aux pays africains plus de 1,1 milliard de dollars US pour mener à bien leurs campagnes de vaccination.

Gavi informe sur le nombre de vaccins déployés grâce à l’initiative COVAX et le nombre de pays en ayant bénéficié jusqu’ici, le nombre de doses partagées désagrégé par pays émetteur, et les prévisions de COVAX pour 2021.

Wellcome a introduit un outil en ligne faisant le suivi des partages de doses de vaccins dans le cadre de COVAX par les pays du G7. Ceux-ci ont jusqu’ici promis 402 millions de doses, contre les 1 milliard attendues.

Le Covid-19 Vaccine Market Dashboard, de l’UNICEF, rassemble des informations sur le marché des vaccins, y compris les doses administrées à travers COVAX et le prix d’achat des vaccins. Selon les informations disponibles, une dose de vaccin serait facturée entre 2 et 37 dollars US selon les acheteurs et les laboratoires.

Le PNUD, l’OMS et l’Université d’Oxford ont lancé le Global Dashboard for Vaccine Equity, tableau de bord combinant les informations sur la vaccination Covid-19 avec les données socio-économiques les plus récentes pour illustrer pourquoi l’accélération de l’équité vaccinale est non seulement essentielle pour sauver des vies, mais aussi pour permettre une reprise plus rapide et plus équitable. Si les pays à faible revenu avaient eu les mêmes taux de vaccination que ceux à haut revenu en février 2021 (de 9 %), leur prévision de croissance aurait été révisée à la hausse d’un point de pourcentage, ce qui aurait augmenté leur PIB de 38 milliards de dollars US en 2021.

Le Covid-19 Task Force Dashboard rassemble les données de la Banque mondiale, du FMI, de l’OMS et de l’OMC, pour renseigner et faire avancer le partage des outils de lutte contre la pandémie entre les pays. Il présente par exemple les écarts (positifs ou négatifs) entre le nombre de doses de vaccin nécessaires pour vacciner 60 % de la population de chaque pays et les quantités effectivement commandées et reçues par chaque pays. Cette information est par ailleurs résumée dans le COVID-19 Vaccine Supply Tracker du FMI et de l’OMS. Sur 198 pays et territoires inclus, 63 ont acquis plus de 100 % des doses nécessaires pour vacciner l’ensemble de leur population, quand 71 pays n’en ont pas suffisamment pour vacciner 60 % de leur population.

Le Launch and Scale Speedometer du Duke Global Health Innovation Center recense les informations disponibles publiquement sur la production et l’achat de vaccins : le nombre de doses qui seront fabriquées en 2021, où elles le seront, et quel pays les a réservées. Résumé des indicateurs ici. Ainsi, suffisamment de doses seront produites en 2021 pour vacciner au moins 70 % de la population mondiale... mais la plupart ont été achetées par les pays à haut revenu.


Suivre le financement de la réponse globale à la pandémie

Le FMI a détaillé dans une base de données l’ensemble des dépenses publiques investies durant la première année de la pandémie pour faire face à ses conséquences sanitaires, économiques et sociales. Si les pays à haut revenu du G20 ont pu dépenser en moyenne 12,9 % de leur PIB en réponse directe à la pandémie, les pays à faible revenu ont, eux, dépensé 3,2 % de leur PIB.

Le ACT Accelerator Funding Tracker de l’OMS recense les engagements financiers de la part des gouvernements et d’autres acteurs en faveur de l’Accélérateur ACT (ACT-A), le dispositif mondial pour accélérer l’accès équitable aux outils de lutte contre la pandémie de Covid-19 à travers le monde. Il est mis à jour toutes les deux semaines. Il n’a pour l’heure été financé qu’à hauteur de la moitié des besoins pour 2021.

Pour atteindre ses objectifs en 2021, le dispositif ACT-A nécessite d’être financé à hauteur de 33,2 milliards de dollars. Afin de garantir le financement intégral de ACT-A, son Conseil de facilitation a calculé la « fair share », ou la contribution à l’effort de financement mondial qui serait équitable compte tenu du niveau de richesse de chaque pays. Consultez ici la comparaison entre la contribution attendue de chacun des membres du G20 et leurs contributions effectives.

Le Covid-19 Health Funding Tracker, du service recherche de la revue The Economist, recense, au-delà de ACT-A, tous les financements internationaux en faveur du développement, de la production et de l’accès équitable aux diagnostics, traitements et vaccins contre la Covid-19 et du renforcement des systèmes de santé.

Le Funding the Response to Covid-19 est un tableau de bord interactif de Devex recensant les principaux financements (bilatéraux, multilatéraux, philanthropiques, privés…) en faveur de différents secteurs, dont la lutte contre la pandémie, et le suivi de leurs décaissements.

En avril 2021, le Comité d’aide au développement de l’OCDE a partagé les montants provisoires d’aide au développement alloués en 2020, en distinguant les activités liées à la pandémie.


Suivre l’effet de la pandémie de Covid-19 sur les autres enjeux de santé mondiale

L’UNFPA estime que la pandémie a perturbé l’accès de 12 millions de femmes à leurs méthodes de contraception, entraînant 1,4 million de grossesses non désirées.

Une étude menée par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme auprès de 502 centres de santé en Afrique et en Asie révèle les effets potentiellement dévastateurs de la pandémie de Covid-19 sur la lutte contre ces maladies. En Q2/Q3 2020, par rapport à la même période en 2019, les dépistages du VIH ont baissé de -41 %, ceux de la tuberculose de -44 %, et, dans les centres situés en Afrique (où se concentrent environ 94 % des cas), les dépistages du paludisme ont diminué de -17 %.

Des données provisoires compilées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent qu’environ 1,4 million de personnes de moins ont reçu des traitements contre la tuberculose en 2020 par rapport à 2019, soit une baisse de 21 %. Cela pourrait causer un demi-million de décès supplémentaires.

Toujours selon l’OMS, la pandémie de Covid-19 perturbe également les campagnes de vaccination contre d’autres maladies. Fin avril 2021, 60 campagnes de vaccination de masse étaient reportées dans 50 pays, exposant 228 millions de personnes, principalement des enfants, à des maladies telles que la rougeole, la fièvre jaune et la polio. En 2020, 3,7 millions d’enfants supplémentaires par rapport à 2019 n’ont pas été vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, et/ou la rougeole.

L’UNICEF estime que 6,7 millions d’enfants supplémentaires de moins de 5 ans pourraient souffrir d’émaciation - être dangereusement sous-alimentés - du fait de la pandémie. Selon la FAO, le FIDA, l’UNICEF, le PAM et l’OMS, environ 660 millions de personnes pourraient connaître la faim en 2030, soit 30 millions de plus que dans un scénario sans pandémie.


Ressources diverses

Consultez cet article pour suivre les conséquences de la pandémie sur l’atteinte de l’égalité femmes-hommes.

L’UNESCO effectue le suivi de l’impact de la pandémie sur l’éducation, en particulier le suivi mondial des fermetures d’établissements scolaires, de la durée de ces fermetures, et de la priorité donnée aux enseignants dans les campagnes nationales de vaccination.

La Banque mondiale surveille l’effet de la pandémie sur l’extrême pauvreté, aux niveaux mondial et régional. L’organisation a également constaté dans sa dernière note d’information sur les migrations et le développement que les transferts d’argents des migrants ont moins diminué qu’anticipé en 2020, avec un recul de 1,6 % par rapport à 2019, pour atteindre 540 milliards de dollars US.

Le Covid-19 Data Dashboard de l’organisation Information is beautiful présente des graphiques "user friendly" conçus à partir de diverses sources de données.

ONE reprend également les principales données présentées ci-dessus pour les résumer dans des graphiques mis à jour quotidiennement.

En outre, Devex entretient une frise chronologique du déroulé de la pandémie.


Lire aussi

DATA in the time of COVID-19 | Open Data Watch COVID-19 Data Resources | Global Partnership for Sustainable Development Data Coronavirus Data Resource Hub | data.world

A lire également