Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
fr    

La perception imprécise des français·e·s à propos des Objectifs de développement durable

Publié le 19 juillet 2019 dans Sondages

Si 11% des français prétendent "savoir ce que sont" les Objectifs de développement durable (ODD) dans le détail, leurs perceptions demeurent plutôt gouvernées par "je ne sais pas" ou bien par des réponses dont on peut supposer qu’elles sont, en partie au moins, aléatoires.

A quels pays les Objectifs de développement durable s’adressent-ils ?

C’est la question de détail qui regroupe le plus de bonnes réponses. En moyenne, 29% des français, savent (ou comprennent) que les ODD concernent tous les pays du globe. Les hommes (33%) sont plutôt plus nombreux que les femmes (25%) à proposer une réponse correcte, des résultats qui doivent être pondérés par le fait que traditionnellement, les hommes sont toujours moins nombreux que les femmes à répondre "je ne sais pas". En l’occurrence, on observe une différence de 12% entre les non réponses des hommes (37%) par rapport à celles des femmes (49%).

De façon assez nette, le champ d’application des ODD est mieux connu chez les jeunes de moins de 25 ans qui sont les plus nombreux à donner la bonne réponse tandis qu’ils sont parallèlement les moins nombreux à "ne pas savoir".

Dans les mêmes proportions, les sympathisants du centre affichent une connaissance du champ d’application des ODD plus affinée par rapport aux sympathisants de gauche mais surtout par rapport aux sympathisants de droite.

Sans grande surprise, les ODD s’apprennent et se comprennent, ce qui fait que le niveau d’éducation s’affiche comme un discriminant majeur, faisant varier les bonnes réponses à mesure qu’il fait varier les taux de "je ne sais pas".

Enfin, le champ d’application des ODD s’avère mieux connu à mesure que les répondants déclarent être issus d’une zone urbaine importante. Quand 29% des français habitant une agglomération inférieure à 20000 habitants semblent savoir que les ODD concernent tous les pays du monde, ce taux s’élève à 34% chez ceux qui habitent une agglomération de plus de 100000 habitants et à 36% pour les habitants de la région parisienne. Cette variation peut être imputable à la répartition inégale entre régions et entités urbaines, des citoyens titulaires d’un niveau d’éducation plus élevé dans les grandes villes.

Combien d’Objectifs de développement durable y a-t-il ?

Cette question qui aurait pu paraitre la plus simple, donne des résultats flagrants pour illustrer la méconnaissance des ODD par les français·e·s. 81% d’entre eux ne savent pas combien d’Objectifs de développement durable ont été définis (par les Nations unies). Seuls 8% d’entre eux semblent savoir qu’il y a 17 ODD. Un chiffre dont une partie repose sans doute un peu sur le hasard, toutefois en cohérence avec les 9% des français·e·s qui déclarent "savoir ce que sont les ODD".

En regardant d’un peu plus près, il s’avère que les jeunes de moins de 25 ans confirment leur avance sur les autres générations en matière de connaissance/sensibilisation aux ODD.

Pour des raisons qui sont peut-être corrélées à d’autres facteurs (niveau d’éducation, lieu d’habitation, etc.), les sympathisants du centre sont plus nombreux à être en mesure de donner une réponse à cette question, même si leurs réponses sont à peine plus justes que celles proposées par les sympathisants de gauche ou encore de droite.

Le niveau d’éducation joue en faveur d’une capacité plus grande à répondre, tandis que la connaissance précise du nombre d’ODD demeure dans tous les cas très faible.

Quand bien même des français connaissent l’existence des ODD, leur nombre ne semble pas être si facilement approprié par les savoirs collectifs. Toujours associer "17" à l’énoncé des "ODD" pourrait facilement faire la différence en la matière.

Quelle est l’échéance fixée pour atteindre les Objectifs de développement durable ?

Cette question est également largement caractérisée par le taux de non-réponse (63%), même si dans le détail, on observe que les français·e·s sont un plus nombreux à proposer la bonne réponse (l’année 2030), dans des proportions similaires, au gré des discriminants socio-démographiques, que les questions traitées ci-dessus.


Lire aussi

Retrouvez la méthodologie du projet Aid Attitudes Tracker