Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
fr    

Citoyen·ne·s d’un côté, responsables politiques de l’autre : une préoccupation diamétralement opposée vis-à-vis des inégalités dans le monde ?

Publié le 16 juillet 2019 dans Sondages

Un décalage manifeste semble exister entre une prise de conscience citoyenne des questions d’inégalités à travers le monde et le sentiment d’une absence de considération politique de ces enjeux.

  • 69% des français·e·s reconnaissent être « soi-même » préoccupé·e·s (assez ou très) par les inégalités dans le monde.
    • Seul·e·s 6% des français·e·s ne se considèrent pas du tout préoccupé·e·s par les inégalités dans le monde.
  • À l’exact opposé, 76% des français·e·s considèrent que les responsables politiques ne sont pas (ou pas du tout) préoccupé·e·s par les inégalités dans le monde.
    • Selon ces mêmes répondant·e·s, seul·e·s 18% des responsables politiques seraient (assez ou très) préoccupé·e·s
  • On peut identifier un delta de 50% dans cette mesure de la préoccupation à propos des inégalités dans le monde, entre le ressenti des « simples citoyen·ne·s » et la prise en considération de ces enjeux par les « responsables politiques ».
  • Les réponses à ces deux questions nous montrent à quel point les français·e·s considèrent que les responsables politiques :
    • sont détaché·e·s des réalités auxquelles sont confronté·e·s les moins privilégié·e·s,
    • ne sont pas « réellement » préoccupé·e·s par les inégalités en général, ce qui sous-tend que leur intérêt est ailleurs,
    • ont des préoccupations très différentes des autres citoyen·ne·s à l’égard des inégalités dans le monde : d’une certaine manière c’est la reconnaissance, presque désespérée, que les citoyen·ne·s et les décideurs ne regardent pas la même chose.
  • Par extension, cette question interroge la crédibilité qu’ont les responsables politiques, aux yeux des français·e·s, face aux défis contemporains à l’échelle mondiale.

Un clivage politique marqué à propos des inégalités dans le monde, tantôt perçues au niveau individuel, tantôt supposées chez les responsables politiques

De manière linéaire et proportionnelle, plus les répondant·e·s ont voté pour un candidat de gauche au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 et plus elles·ils se déclarent personnellement « préoccupé·e·s » par les inégalités dans le monde. Sur cette question interrogeant le ressenti personnel à l’égard des inégalités dans le monde, la préoccupation des électeur·trice·s d’Emmanuel Macron se situe plus près de celle des électeur·trice·s des candidats de gauche (Benoît Hamon & Jean Luc Mélenchon) que des électeur·trice·s de la droite « traditionnelle » (François Fillon). Sur les problématiques de développement et de pauvreté dans le monde, on rappellera que cette tendance affinitaire des sympathisant·e·s du centre avec les sympathisant·e·s de gauche est fréquente. La vraie césure des opinions est généralement observable à partir des opinions mesurées chez les sympathisant·e·s de droite.

Ce sont les électeur·trice·s (au premier tour de l’élection présidentielle en 2017) de Benoît Hamon (90%) et Jean-Luc Mélenchon (86%) qui sont les plus sceptiques quant à la préoccupation présumée des dirigeant·e·s politiques vis-à-vis des inégalités dans le monde.

A contrario, les électeur·trice·s d’Emmanuel Macron sont les plus nombreux·ses bien que largement minoritaires (24%) à estimer que les responsables politiques sont préoccupé·e·s par les inégalités dans le monde.

Ces données sont issues de notre sondage réalisé par l’Institut YouGov et piloté par l’équipe de recherche du University College London et de l’Université de Birmingham dans le cadre du projet Development Engagement Lab visant à mesurer l’évolution des opinions, ressentis, connaissances & comportements sur les enjeux de solidarité internationale et sur les Objectifs de développement durable, dans quatre pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis).


Lire aussi

Baromètre de la solidarité internationale n°5 - Les français·e·s, le G7 et les inégalités dans le monde Retrouvez la méthodologie du projet Development Engagement Lab