Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

État des droits sexuels et reproductifs dans le monde

Publié le 29 avril 2021 dans Actualités

Synthèse du rapport du Fonds des Nations unies pour la population 2021



Intitulé « Mon corps m’appartient », le dernier rapport du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) sur l’état de la population mondiale (2021) détaille les atteintes aux droits des femmes, du viol à la stérilisation forcée en passant par l’imposition de tests de virginité et de mutilations génitales.





Ce rapport paraît alors que, 25 ans après la quatrième conférence mondiale sur les femmes qui s’est tenue sous l’égide de l’ONU à Pékin en Chine du 4 au 15 septembre 1995, la France co-préside avec le Mexique le Forum Génération Égalité qui se conclura à Paris du 30 juin au 2 juillet à Paris, et qui vise à accélérer les progrès en faveur de l’égalité femmes-hommes dans le monde.

Ce Forum s’organise autour de 6 thématiques. Le rapport ici présenté se saisit donc de celle de l’autonomie corporelle et des droits en matière de santé reproductive et sexuelle (dont la France assure la fonction de "champion" dans le cadre du Forum) en s’inscrivant dans un contexte où les revendications féministes relatives à cet enjeu n’auront jamais été aussi vivantes, du Mali en Argentine, des États-Unis à la France, de la Pologne en Afrique.

Ce rapport résonne ce faisant avec le contexte institutionnel, social et politique en mettant en perspective au niveau mondial les multiples atteintes aux droits des femmes et des filles à disposer de leur corps dans le monde.

Que près de la moitié des femmes ne puissent toujours pas prendre leurs propres décisions quant à l’opportunité d’avoir des relations sexuelles, d’utiliser la contraception ou de se faire soigner devrait tous nous scandaliser, estime la directrice du UNFPA, Natalia Kanem, citée dans le communiqué.

Retour sur quelques chiffres clés du rapport :

  • 1 femme sur 2 dans 57 pays ne peut pas prendre ses propres décisions en matière d’autonomie corporelle, c’est-à-dire en matière de santé, de moyens de contraception et de relations sexuelles. Dans certains pays ce pourcentage tombe à 1 femme sur 10.
  • Malgré les garanties constitutionnelles en matière d’égalité des sexes qui existent dans de nombreux pays, en moyenne, les femmes ne disposent que de 75 % des droits légaux des hommes à travers le monde.
  • D’après le rapport, en 2020, environ 4 millions de filles ont subi des mutilations génitales. Le UNFPA craint qu’une augmentation importante de ces actes ait eu lieu alors que la pandémie de Covid-19 restreignait le travail des agents de protection de l’enfance. A l’appui de ses craintes, l’agence évoque une étude menée en Somalie et dans un camp de réfugiés au Kenya.
  • D’après les dernières estimations, 650 millions de femmes en vie aujourd’hui ont été mariées avant l’âge de 18 ans et, chaque année, ce sont 12 millions de filles qui sont mariées avant d’atteindre l’âge adulte. Un chiffre probablement sous-estimé.
  • Même si l’utilisation de moyens de contraception a doublé depuis 1994, le rapport rappelle que 217 millions de femmes dans le monde éprouvent toujours des besoins insatisfaits en matière de contraception.

Malgré les nombreux engagements internationaux ratifiés par la plupart des États, la mainmise des hommes sur les droits et les dispositifs légaux qui empêchent l’autre moitié de l’humanité d’obtenir le respect de son intégrité transparaît tout au long des 164 pages du rapport.

Les priver de leurs droits est « inacceptable », affirme Natalia Kanem, qui dirige le UNFPA. Pourtant, quand les femmes et les filles sont libres de leurs choix fondamentaux, « elles gagnent […] aussi de meilleures conditions en matière de santé et d’éducation, de revenus et de sécurité ; il en résulte un monde plus juste et plus propice au bien être humain, ce qui profite à chacune et chacun d’entre nous. »

Enfin comme le rappelle le rapport « l’autonomie et la capacité de décider sans être en butte à la discrimination sont des principes constitutifs des droits fondamentaux. » Dès lors le contrôle des corps des femmes reste un enjeu majeur dans toutes les sociétés, la conquête des femmes et des filles pour disposer librement de leur corps reste inachevée, à renouveler constamment, et dans cette perspective les États ont un rôle à jouer.


Lire aussi

Combien le G7 alloue-t-il au financement de l’égalité femmes-hommes dans les pays en développement ? Infographies : 17 raisons de se mobiliser contre les inégalités femmes-hommes et réaliser les Objectifs de développement durable Générations Féministes, un collectif pour faire du Forum Génération Égalité un rendez-vous historique

Documents à télécharger

Mon corps m’appartient : Revendiquer le droit à l’autonomie et à l’autodétermination

A lire également