Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
fr    

Quand les citoyens évaluent le pouvoir de leurs gouvernements pour réduire la pauvreté dans le monde

Publié le 7 janvier 2019 dans Sondages

La confiance des citoyens dans l’influence de leurs gouvernements sur la réduction de la pauvreté dans les pays en voie de développement est similaire chez les Français, Allemands, Britanniques ou Américains, c’est à dire autour de 23% d’opinions favorables.

La certitude de l’absence d’influence de leurs gouvernements est plus forte chez les Britanniques (39%) que chez Français (28%) ou Allemands (31%).

Le doute quant à l’influence du gouvernement pour réduire la pauvreté dans les pays en développement est plus fort chez les Français (38%) et Allemands (35%) que chez les Britanniques (29%) ou Américains (27%).

Les Français (13%) et les Américains (15%) sont les plus nombreux à ne pas savoir évaluer l’influence de leurs gouvernements respectifs pour réduire la pauvreté dans les pays en développement.

L’aide publique au développement souffre d’un déficit majeur d’appréciation à la fois en France, en Allemagne, aux Royaume-Uni et aux États-Unis.

L’efficacité de l’aide financière versée par les gouvernements aux pays en voie de développement est sévèrement jugée à la fois par les Français (8%), les Allemands (11%), les Britanniques (11%) et les Américains (14%).

Par ailleurs, entre 13% (Allemands) et 19% (Américains) ne peuvent pas répondre à cette question, tandis que 37% des Français et Allemands ou 30% des Britanniques ou Américains n’ont pas d’idée quant à l’efficacité ou l’inefficacité de l’aide financière versée par leurs gouvernements respectifs aux pays en développement.

Entre 38% et 45% des citoyens Français, Allemands, Britanniques et Américains semblent être sûrs que l’aide financière versée par leurs gouvernements respectifs aux pays en développement est inefficace.

Ces données sont issues de notre sondage réalisé par l’Institut YouGov et piloté par l’équipe de recherche du University College London et de l’Université de Birmingham dans le cadre du projet Aid Attitudes Tracker qui mesure l’évolution des opinions et comportements sur les enjeux de solidarité internationale dans quatre pays.


Lire aussi

Retrouvez la méthodologie du projet Aid Attitudes Tracker