Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

Conclusions du rapport sur le financement du développement durable 2021

Publié le 1er avril 2021 dans Actualités

L’Agenda 2030 arrivera à échéance dans 9 ans et les effets de la crise sanitaire du Covid-19 démontrent que le temps presse : c’est en réalisant ensemble et maintenant les Objectifs de développement durable (ODD) et en parachevant l’Agenda 2030 que nous serons plus forts, plus innovants, et plus résiliants face aux défis émergents. La crise sanitaire ne doit pas anéantir les progrès déjà accomplis. Depuis 2015, les pays ont nettement progressé dans l’atteinte des ODD 1 (Pas de pauvreté), 9 (Industrie, Innovation et Infrastructure) et 11 (Villes et communautés durables). En revanche, les ODD 2 (Faim « zéro ») et 15 (Vie terrestre) ont stagné voire même régressé dans la plupart des pays.





La pandémie conduit à un monde encore plus inégalitaire. D’après la Banque mondiale, en 2021, 150 millions de personnes supplémentaires dans le monde seront touchées par la pauvreté et 130 millions de plus seront en situation de sous-alimentation. Si rien n’est fait, les progrès réalisés pour le développement au cours de la dernière décennie pourraient être perdus, principalement dans les pays à revenu faible et intermédiaire, alerte le Rapport sur le financement du développement durable 2021, produit par le Groupe de travail inter-institutionnel sur le financement du développement, qui comprend plus de 60 institutions des Nations Unies et organisations internationales.

« Nous devons nous assurer que les leçons sont retenues et que cette crise représente un tournant décisif pour la préparation aux urgences sanitaires et pour l’investissement dans les services publics essentiels du XXIème siècle », a récemment plaidé le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

Les ODD sont, en principe, toujours réalisables et il n’existe aucun obstacle technologique ou opérationnel à leur réalisation [1]. De nombreuses études suggèrent que des objectifs tels que la décarbonations énergétique, l’utilisation durable des terres et des systèmes alimentaires, l’éducation pour tous, la lutte contre les maladies et la santé publique sont tous réalisables.

Concernant les enjeux de santé publique, la réponse très inégale à cette pandémie de Covid-19 a aggravé les disparités et les inégalités entre les pays. Si un montant historique de 16 000 milliards de dollars en fonds de relance et de soutien économique a contribué à éviter les pires effets, moins de 20% de cette somme a été dépensée dans les pays en développement. Enfin, sur l’ensemble des achats confirmés de doses de vaccins, 21% sont à destination de pays à faibles revenus, dont 13% à travers Covax, le dispositif mondial pour accélérer la mise au point et la production de vaccins contre la pandémie de Covid-19 et en assurer un accès équitable à l’échelle mondiale.

Le Rapport sur le financement du développement durable 2021 appelle les gouvernements à prendre des mesures immédiates, notamment :

  • Rejeter le nationalisme vaccinal et intensifier les contributions au dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la pandémie de Covid-19 afin de combler le déficit de financement de ce dispositif de 22,1 milliards de dollars pour 2021 [2]
  • Respecter l’engagement d’allouer 0,7% des revenus nationaux bruts à l’’Aide publique au développement (APD) et fournir de nouveaux financements concessionnels aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés (PMA)
  • Éviter le surendettement en fournissant des liquidités et un soutien à l’allègement de la dette afin que les pays en développement puissent lutter contre le Covid-19 et ses retombées économiques et sociales.

Selon les estimations de la Banque mondiale, 400 milliards de dollars supplémentaires seront nécessaires chaque année entre 2019 et 2030 pour que 59 pays à revenu faible ou intermédiaire puissent atteindre les ODD. Cette somme représente 0,4% de la richesse annuelle mondiale, et 0,7% du PIB annuel combiné des économies les plus avancées [3]. Les ODD fournissent alors un cadre pertinent pour informer les plans de relance post-Covid-19 et accélérer la transformation des sociétés vers des modèles plus durables, justes et résiliants. De récentes études [4] suggèrent que d’avantages d’efforts pourraient être faits pour aligner les plans de relance aux ODD et à la relance verte, notamment dans les pays du G20 où les subventions aux énergies fossiles demeurent importantes.

En 2021, plusieurs évènements doivent promouvoir une relance mondiale basée sur la coopération internationale et alignée sur les ODD. Cela inclut, entre autres, la COP26 sur le climat en Ecosse en novembre 2021, la COP15 sur la biodiversité en Chine en mai 2021, le Sommet sur les systèmes alimentaires, ainsi que le Forum Politique de Haut Niveau et l’assemblée générale des Nations-Unies en juillet et septembre 2021.

Les grands moments de l’agenda du G7 et du G20 en 2021



Documents à télécharger

Rapport sur le financement du développement durable 2021

A lire également