Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

La corrélation entre l’aide financière aux pays en développement et la lutte contre les migrations irrégulières, vue d’Espagne

Publié le 17 janvier 2019 dans Sondages

86% des espagnols considèrent que le fait de soutenir les pays en développement par le biais d’une aide financière est un moyen efficace pour lutter contre les phénomènes d’immigration irrégulière.

A l’échelle de l’Union européenne, la moyenne des opinions des autres pays sur cette question s’élève à 69%, soit 17% de moins qu’en Espagne.

De façon générale, il y a, à l’échelle de l’ensemble des populations de l’Union européenne, une adhésion massive à l’idée que l’aide au pays en développement permet de lutter efficacement contre les velléités d’immigration irrégulière. Les européens semblent adhérer à l’hypothèse que si les populations des pays en développement sont soutenues financièrement par les pays les plus riches, les tentatives de migration seront découragées, voire n’auront plus de raison d’être.

A quelques unités près, les espagnols de moins de 25 ans et les sympathisants du centre sont les plus nombreux (90%) à adhérer à cet effet collatéral de l’aide au développement, tandis que les sympathisants de droite sont les moins nombreux (83%).

Enquête en ligne réalisée par TNS opinion & social pour le compte de la Commission européenne - Direction générale de la coopération internationale et du développement.
Cette enquête a également été coordonnée par la direction générale de la communication de la Commission européenne.
Eurobaromètre spécial 476 - vague EB89.3. Enquête menée entre le 21 juin et le 6 juillet 2018. Publiée en septembre 2018.
L’enquête est basée sur les réponses 27732 personnes couvrant les 28 pays et représentant la population adulte de chacun des pays, soit 1035 personnes en Espagne. Source : ec.europa.eu