Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
   

Le Mécanisme de financement mondial (GFF) : catalyser les investissements en santé des femmes, des enfants et des adolescents

Publié le 31 mai 2021 dans Décryptages

Le Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (Global Financing Facility ou GFF) est un partenariat mondial, hébergé par la Banque mondiale, qui vise à garantir que les femmes, les enfants et les adolescents du monde entier puissent survivre et s’épanouir.

Le GFF a été lancé en 2015 afin de combler le déficit de financement existant dans les domaines de la santé des femmes, des enfants et des adolescents, et de la nutrition. Il apporte actuellement un appui à 36 pays à revenu faible et intermédiaire d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, affichant les taux de mortalité maternelle, néonatale et juvénile les plus élevés et des déficits de financement trop importants pour leur permettre de lutter contre ces problèmes.

Le GFF aide les pays à prioriser leurs activités sur la base de données fiables, à financer de manière adéquate les activités ayant le plus d’impact, à mobiliser leurs ressources pour garantir la durabilité des investissements, et à mettre en place des systèmes solides et durables.


Fonctionnement

Le GFF n’est pas un fonds « classique » fournissant seulement une aide financière au développement. Son rôle est plutôt de mobiliser des ressources supplémentaires de la part d’un éventail de partenaires faisant partie du mécanisme, tout en assurant l’alignement et la complémentarité des ressources.

Le GFF fournit un appui pour identifier au sein d’un « dossier d’investissement », dans un pays donné et sur la base de données fiables, un ensemble d’investissements dits « prioritaires », capables de changer la donne, d’accélérer les progrès réalisés et de placer les pays sur la trajectoire requise pour atteindre les Objectifs de développement durable.

Les investissements comprennent des interventions en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et adolescente et de nutrition, des interventions qui renforcent les systèmes de santé (par exemple, formation des personnels de santé, amélioration des données sanitaires), et des approches multisectorielles pour améliorer les résultats de santé et de nutrition à travers des secteurs comme l’éducation ou la protection sociale.

Aux niveaux nationaux, le processus du GFF est piloté par les pays, qui réunissent autour du dossier d’investissement de nombreuses autres parties prenantes (bailleurs bilatéraux et multilatéraux, organisations de la société civile, fondations, etc.) pour identifier les résultats à atteindre et apporter le financement nécessaire à leur atteinte.

Le Fonds Fiduciaire du GFF a été créé afin de catalyser ce processus. Le Fonds fournit un financement pour appuyer le travail préparatoire, rassembler les partenaires, identifier les priorités et résoudre certains goulets d’étranglement, mais il n’est pas censé combler le déficit de financement à lui seul. Son rôle consiste plutôt à mobiliser des volumes plus importants de ressources gouvernementales nationales, de financements de l’Association internationale de développement (IDA) et de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), de financements extérieurs alignés et de ressources du secteur privé. Cette approche met l’accent sur un meilleur rapport qualité-prix pour chacune de ces sources de financement, en améliorant leur efficacité et en les axant sur la réalisation de résultats.

Cette approche permet également à des pays de réduire leur dépendance à l’égard de l’aide publique au développement et de progressivement la remplacer par ces nouvelles ressources.


Source : Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents.


Impact sur les enjeux de santé mondiale

Dans ce cadre, chaque dollar investi par le GFF en faveur de la santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et adolescente et de la nutrition, favorise des financements plus conséquents de la part des autres partenaires.

Par exemple, depuis sa création, le Fonds fiduciaire du GFF a alloué 635 millions de dollars US à ces enjeux, entraînant 4,8 milliards de dollars d’investissements de la part de l’IDA et de la BIRD, soit 7,6 fois plus. En moyenne, les investissements de la Banque mondiale en faveur de ces enjeux ont augmenté de 37 % dans les pays d’intervention du GFF entre les périodes 2011-2015 et 2016-2020. En comparaison, dans les pays éligibles au GFF mais qui n’ont pas été soutenus, les dépenses de la Banque Mondiale en la matière ont baissé de 9 %.


Actualités

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le GFF a lancé en mars 2021 une campagne de levée de fonds ayant pour but de réduire l’impact de la crise Covid-19 sur la santé des femmes, des enfants et des adolescents et de relancer les progrès en la matière, ces populations fragiles ayant subit une chute de 25 % de leur couverture en soin avec la crise.

Cette campagne vise à collecter 1,2 milliard de dollars US en 2021 pour couvrir la période 2021-2023. Cet objectif fait partie de l’objectif global de financement du GFF de 2,5 milliards de dollars US pour 2021-2025, qui devrait permettre au GFF de passer de 36 à 50 pays d’intervention, de contribuer à sauver environ 18 millions de vies et de mobiliser 52,7 milliards de dollars pour le financement de la santé d’ici 2030.

Par ailleurs, le GFF est l’une des organisations multilatérales co-organisatrices de l’Accélérateur ACT (ACT-A). Elle contribue à l’axe de travail dédié au renforcement des systèmes de santé.

Le GFF est également co-leader de la coalition d’action sur les Droits et la santé sexuels et reproductifs du Forum Génération Égalité, qui se tiendra à Paris du 30 juin au 2 juillet 2021.


Lire aussi

Les partenaires du GFF affirment leur soutien à la campagne de financement de USD 1,2 milliard | GFF Financement de la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans le monde : qui joue le jeu ? | Focus 2030 Covid-19 et solidarité internationale : où suivre les enjeux en temps réel ? | Focus 2030