Focus 2030
Abonnez-vous à la newsletter  |  fr  |   | 
fr    

Quels pays donateurs soutiennent l’égalité femmes-hommes dans leur aide au développement ?

Publié le 10 février 2020 dans Faits et chiffres , mis à jour le 3 février 2023

En 2015, tous les pays de la planète ont pris l’engagement d’atteindre 17 Objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030. Parmi ces objectifs, l’ODD 5 ambitionne de parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles du monde entier. Mais atteindre l’égalité des genres nécessite des investissements suffisants, en particulier dans les pays les plus pauvres.

L’aide publique au développement (APD) du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE constitue à cet égard une source importante de financement. À quelle hauteur les pays membres du CAD prennent-ils en considération la promotion de l’égalité femmes-hommes dans leur APD ? Quelle tendance est observée ces dernières années ? Décryptage.

 

L’égalité femmes-hommes, un enjeu qui reste sous-financé par les bailleurs

 

Le suivi de l’APD en faveur de l’égalité est assuré par le CAD de l’OCDE, à l’aide du marqueur de la politique d’aide à l’appui de l’égalité femmes-hommes (voir encadré).

 


Objectif significatif, objectif principal : définitions

Dans le cadre de l’exercice annuel de notification de leurs apports d’APD au CAD, il est demandé aux pays donateurs d’indiquer, pour chaque projet/programme, si celui-ci est orienté vers l’égalité des sexes comme objectif de la politique d’aide en s’appuyant sur un système de notation à trois valeurs :
 

  • Objectif principal (Marqueur 2) : l’égalité femmes-hommes constitue l’objectif principal du projet/ programme et sa recherche détermine de façon fondamentale la conception de ce dernier et les résultats qui en sont attendus. Ce projet/programme n’aurait pas été entrepris en l’absence de l’objectif de l’égalité entre les femmes et les hommes.
  • Objectif significatif (Marqueur 1) : l’égalité femmes-hommes est un objectif important et délibéré du projet/programme mais elle ne constitue pas le principal motif de sa réalisation.
  • Non-orienté vers l’objectif (Marqueur 0) : le projet/programme a été examiné au regard du marqueur mais il n’a pas été constaté qu’il visait l’objectif de l’égalité femmes-hommes.

Source : OCDE (2016)

 

En moyenne, entre 2020 et 2021, les pays donateurs (CAD) de l’OCDE ont orienté 57,3 milliards de dollars US par an, soit 44 % de leur APD bilatérale, vers l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes et des filles. Sur cette somme, 5,7 milliards visaient l’égalité en tant qu’objectif principal (4 % de l’APD bilatérale), et 51,7 milliards en tant qu’objectif significatif (40 % de l’APD bilatérale).

 

 

 

Sur les 5,7 milliards de dollars destinés à promouvoir l’égalité en tant qu’objectif principal, plus de deux milliards sont allés vers des programmes de santé reproductive (20%) et vers des organismes gouvernementaux ou de la société civile (20%). Plus de 500 millions de dollars ont également permis de financer des organisations visant à défendre les droits des femmes ou des mouvements féministes (10%).

En volume, les premiers donateurs d’APD en faveur de l’égalité femmes-hommes sont également les plus importants donateurs d’APD totale (Allemagne, Japon, États-Unis, France).

Pour autant, un seul pays a atteint l’objectif international d’orienter au moins 85 % de son APD en faveur de l’égalité femmes-hommes (le Canada), et seuls les Pays-Bas consacrent au moins 20 % de leur APD à la promotion directe de l’égalité.

 

 

Un ralentissement significatif de la promotion de l’égalité femmes-hommes dans l’aide publique au développement

 

Entre 2020 et 2021, l’APD ayant l’égalité femmes-hommes comme objectif significatif (marqueur 1) a diminué de 7 % et l’APD destinée à la promotion directe de la parité (marqueur 2) a enregistré un recul de 10 %. Six des huit principaux donateurs d’APD totale ont vu leur part d’APD consacrée à l’égalité femmes-hommes décliner (Allemagne, Italie, Japon, Espagne, Royaume-Uni, Etats-Unis). Ce recul est intervenu alors que se tenait en 2021 le Forum Génération Égalité, organisé par ONU Femmes, à l’occasion duquel la communauté internationale s’était engagée à investir 40 milliards de dollars en faveur de l’égalité femmes-hommes d’ici 2026.

 

 

La France, future championne de la promotion de l’égalité femmes-hommes dans le monde ?

 

La France se classe au 13e rang, ayant alloué 47 % de son aide bilatérale à l’égalité femmes-hommes en moyenne en 2020-2021. 5 % des montants alloués visaient la poursuite de l’égalité de genre comme objectif principal (0,5 milliard de dollars), et 42 % comme objectif significatif (5 milliards de dollars).

La France a promulgué le 4 août 2021 une nouvelle loi pour encadrer sa politique d’aide au développement : la loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales. Cette loi consacre l’égalité femmes-hommes et filles-garçons en tant qu’objectif transversal de l’APD française. Elle prévoit ainsi que 75 % des projets financés par l’APD de la France aient comme objectif principal ou significatif l’égalité femmes-hommes (selon le marqueur genre de l’OCDE) d’ici 2025, dont 20 % l’aient pour objectif principal. Cet engagement pourrait se traduire par 3,3 milliards d’euros alloués à la promotion directe de l’égalité en 2025, une somme quatre fois supérieure à celle consacrée en 2021.


Lire aussi

Base de données de l’OCDE : projets d’aide visant l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (2002-2021) | OCDE

Documents à télécharger

Development finance for gender equality and women’s empowerment : A snapshot (en anglais) Rapport critique d’Oxfam : "Des projets en faveur de l’égalité femmes-hommes ?", février 2020 Rapport de Coordination SUD : "Diplomatie féministe : pour une APD genre à la hauteur des enjeux", février 2021

A lire également